L'historique - Domaine de la Combe

De la pluie le premier jour de mai, Ote aux fourrages de la qualité.
Aller au contenu

Menu principal :


Au début

Gérard est arrivé en Suisse romande avec son frère Fritz dans les années 1950. Ils s'installèrent au Chalet des Vaux au-dessus de Moudon, dans le vallon de Sottens.
Les deux frères marièrent respectivement deux soeurs Wyler de Moudon et Gérard et Rosa s'installèrent sur le domaine paternel des Wyler au Chalet Rouge à Moudon.



Déménagement

Après avoir eu 3 enfants, Thérèse en 1951, Christian en 1953 et Frédéric en 1955, la famille se sentit à l'étroit sur ce petit domaine de 6-7 ha tout en côte. Un promoteur était interessé, et ceci permis à la famille Meyer d'acheter une ferme à La Combe, sur la commune de Chapelle sur Moudon.


C'est au printemps 1963 que toute la famille arriva dans ce petit hameau pour exploiter un domaine plat de 13 ha.


Travaux et agrandissements


La ferme était vétuste, aussi Gérard planifia assez rapidement de transformer le rural. Ce fut fait fin des années 60. De nouvelles transformations ont été apportées aux milieux des années 70. On décida d'abandonner le système Astral pour des attaches dites canadienne.
C'est à cette époque que  Christian et Frédéric reprirent les rennes de l'exploitation et déchargèrent leur papa de cette charge afin qu'il puisse se consacrer pleinement à ce qu'il aimait faire, rénovation d'appartement, création de salle de bain, puis carrément construction de maisons de A à Z.

En 1987, nouvelle transformation de la ferme. La stabulation entravée a été remplacée par une stabulation libre sur litière profonde et salle de traite avec gestion électronique couplée au DAC (distributeur automatique de concentré). A cette époque, c'était déjà particulièrement innovant, puisque à ce jour tout est encore parfaitement dans l'air du temps.

Maintenant

Nous avons pu, au fil des années, agrandir le domaine par des achats et des locations. Actuellement nous exploitons environs 64 ha.
Nous sommes également à l'aube de passer le témoin à nos enfants et la reflexion va bon train.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu